Séance poulain

        Il y a 17 ans, je suis manipulatrice en électroradiologie médicale.

Ce poste de travail est chronophage, heures fixes plus heures d’astreintes de nuit et de week-end.

J’ai 27 ans et j’y trouve un intérêt financier, je n’ai pas d’enfant et une relation amoureuse sur le déclin alors je m’investis dans mon travail.

Je ne suis pas spécialement heureuse ni malheureuse. Je suis dans l’action, dans l’activité excessive et non dans mes émotions. Je fais passer les autres avant moi-même, je ne m’impose pas, me fonds dans la masse. Je suis autonome et indépendante financièrement et c’est ce que je souhaitais.

        Jusqu’au jour où l’on m’appelle, sur mon heure de pause déjeuner, pour revenir faire un examen qui n’a pas de caractère d’urgence.

Cet appel réveille en moi une certaine colère inattendue. Je me rends sur place pour  faire l’examen. Quelque chose change en moi… une boule dans la gorge, une émotion oppressante dans la poitrine…

Des interactions bénignes avec des collègues, font exploser cette colère mêlant incompréhension, injustice, et finalement prises de conscience.

Cette sensation de boule dans la gorge se dissipe au passage de quelques mots, qui vont amorcer mon retour aux sources: « Mais qu’est-ce que je fais là? ».

Une étrange sensation m’envahit, des sentiments mêlés de stupeur, d’étonnements, de questionnements, mais que s’est-il passé pendant toutes ces années pour que j’en sois là aujourd’hui ?

Je me sens perdue, comme si je regardais le film de ma vie et que j’en avais raté la moitié.

J’ai la certitude de ne pas être à ma place, un ressenti de fermeture dans ma posture me le confirme.

Oui, c’est ce jour-là, que la recherche de mon être profond, de ce qui m’anime, commence…

Et la première étape est de savoir qui je suis…

Cela me stupéfie de me rendre compte que je ne sais plus qui je suis, que je me suis perdue il y a longtemps et quand je replonge dans mon passé, dans mon enfance, je prends conscience que je me suis oubliée.

Enfant, je suis sensible, tout me touche, tout arrive à se frayer un passage jusqu’à moi.

Je me sens tellement différente des autres enfants, une impression de trop grande maturité dans mes réflexions mentales incessantes.

Je veux être insouciante, moi! Je veux être dans la découverte, la spontanéité, le jeu.

Je veux sortir cet adulte qui est dans ma tête et qui me plonge dans une mélancolie constante, un sentiment de ne pas avoir le droit à tout cela.

Je fais l’expérience que si les autres sont bien, en sérénité, alors cela me bénéficie aussi.

De plus, je ne sais pas gérer tous ces divers afflux d’information.

Petit à petit, sans en avoir vraiment conscience, je me coupe de cette suractivité émotionnelle. Je me referme sur moi, je m’interdis d’être insouciante.

Je souhaite protéger ma famille, certaines choses sont difficiles, alors je me fais discrète, je m’efface pour ne pas en rajouter, pour ne pas être une charge supplémentaire.

Je refoule mes envies, je m’adapte et deviens une petite fille tranquille, surtout ne pas faire de vagues, c’est ainsi.

J’ai la chance que ma famille habite en campagne. Notre maison est entourée de champs dans lesquels vivent des chevaux. Il n’y a pas beaucoup de voisinage, la nature est présente, belle, réconfortante. Je passe beaucoup de temps à l’observer, la toucher, la sentir.

J’aime regarder les miracles de la vie, les insectes qui butinent de fleurs en fleur, ressentir le vent sur mon visage qui fait tressaillir les feuillages, j’aime sentir l’odeur de l’herbe, des fleurs, des arbres et écouter les oiseaux chanter.

Les animaux sont mes compagnons, je passe de longs moments avec eux, je n’ai pas à faire semblant, je n’ai pas à me protéger ni à protéger les autres. Il n’y a pas de jugement, pas d’attente, juste de la présence. En leur compagnie, je me sens moi.

A 27 ans, ce jour-là,  pour me retrouver, pour me reconnecter avec cet enfant authentique, profondément lié aux mondes: animal, végétal et minéral, je prends conscience que ces mondes seront la clé de mes retrouvailles.

        Depuis ce jour, je décide de travailler sur moi, de m’aider et de me faire aider pour avancer.

Je réalise certaines formations.

Au fur et à mesure, je chemine vers moi-même, avec de nombreux allers-retours, je l’avoue, entre ma zone de confort, c’est-à-dire cette image que je donne de moi, et celle que je suis vraiment.

Je me redécouvre à force de reconnexions progressives, de remise en question mais aussi de sensations, d’émotions et parfois d’émois même.

Mes carapaces s’ébrèchent et certaines cèdent. Je me sens de plus en plus fragile et en insécurité, je suis une hypersensible.

Malgré cette sensibilité exacerbée, telle des poupées russes, j’ouvre chaque coffret minutieusement pour m’amener au joyau se trouvant au centre…mon cœur…mon âme.

Je développe des techniques qui me permettent d’avancer vers la reconnaissance de mon être divin, vers ma connexion entre les animaux et la nature, avec l’harmonisatrice du vivant que je suis, enfant du Ciel et de la Terre.

        Depuis, c’est avec les énergies vibratoires (les soins énergétiques, les élixirs de fleurs, le son et la kinésiologie animale) que je souhaite mettre ma bienveillance au service des soins de l’âme humaine et animale.

Si vous aussi, vous vous êtes oublié, perdu… Si vous avez des difficultés à poser des limites, si vous sentez l’appel à apprendre à respecter vos désirs, je vous accompagne pour trouver les ressources en vous et vous reconnecter à votre être profond.

Contactez-moi!

Si votre animal a des problèmes de santé, de comportements ou vous souhaitez lui offrir détente et bien-être, contactez-moi!

                                                                                                               Marie-Ange

lumineux papillons